Les secrets d'un bon verre à dégustation

A la différence des gammes de verres décoratifs, les verres à dégustation sont des verres techniquement élaborés à l'appréciation du vin. Ils vont servir de révélateur en permettant aux vins de se dévoiler. 

Le but d'un verre à vin est de mettre en avant les qualités de ce dernier et non ses défauts. Certains critères sont communs pour tous les vins, d'autres tels la forme du vin, différent selon le vin que l'on va déguster.

Comment se caractérise l'influence du verre à vin ?

Pour mieux comprendre, il faut distinguer les différentes étapes de la dégustation, à travers lesquelles le verre est indissociable. L'influence du verre est multiple puisque le verre recôit le vin mais c'est ensuite depuis ce même verre que le vin se dépose à la bouche. 

De tous les critères, celui de la forme est de loin le plus décisif. Cependant, d'autres caractéristiques définissent un bon verre à vin.

L'aspect du verre : transparent, uni et finversement d'un vin dans son verre

Le cristal de plomb a longtemps était considéré comme la matériau le plus adapté par sa finesse et clarté. Cependant, certaines études ont mis en avant sa relative toxicité liée à la présence excessive de plomb dans sa composition (24%). C'est pourquoi on privilégie aujourd'hui le cristallin et autre types de verres composite tels le Kwarx ou Diamax, dont le taux de plomb est plus léger voir nul. Ces nouveaux matériaux se distinguent du cristal par une plus grande résistance aux chocs et lavages tout en conservant leur clarté et finesse au fil du temps.

Outre la matière, on choisira toujours un verre clair et uni mais aussi le plus fin possible. La finesse du verre marque un certain raffinement à l'opposé d'un verre épais et grossier utilisé pour un mug ou une chope de bière. A noter, on évitera les verres taillés, gravés et autres fantaisies esthétiques. Un verre fin donnera une impression de légèreté. Vérifier la qualité du buvant, le bord du verre où se posent les lèvres. Eviter les vermicelles, les rebords d'un verre doivent être lisses.

Au final, un verre à vin devra être sobre et s'effacer devant le vin pour apprécier au mieux ses caractéristiques: robe, couleur, consistance, transparence, le gras et les larmes.

Un verre à pied pas trop petit

Même si certains gobelets à vin sont disponibles de nos jours, un verre à pied est recommandé. Ce dernier vous pemet de positionner le vin à hauteur des yeux, de votre nez et la bouche de manière plus aisée.

Oxygénation et aération du vin: une histoire de paraison et d'épaule

Outre l'influence sur notre perception sensorielle ( la vue, l'odorat et le goût) le vin, une fois versé dans un verre, va se développer différement selon la forme du verre. Cela se joue sur la largeur mais aussi la profondeur du verre. Suivant le diamètre et profondeur du verre, la surface en contact avec l'air est plus ou moins grande, favorisant ou non son oxygénation. A noter que la profondeur du verre est à prendre en compte puisqu'elle va favoriser l'accélération des arômes.

Dans le verre, on va distinguer trois couches d'arômes. La partie supérieure où se nichent les arômes les plus volatiles mais aussi les plus fragiles tels que les fruits et les fleurs. La couche intermédiaire va évoquer les minéraux, la terre et champignons. Pour finir, le fond du verre au niveau de la paraison sont concentrés les senteurs de bois et de l'alcool. En général, les plus grands verres sont recommandés pour un vin rouge et de plus petits pour les vins blancs.

La forme du verre : Un calice recourbé vers l'intérieur pour atteindre pleinement les sens

Au niveau olfactif, c'est avant tout en fonction de la cheminée, que le vin atteint le nez. Une cheminée en tulipe, recourbé vers l'intérieur va canaliser les arômes. Ainsi, un gobelet "fermé" évitera la dilapadition des senteurs en le concentrer dans la partie supérieur du verre.

Le vin et la langue sucré salé amer et acide

La Langue et l'inclinaison du buvant

Suivant l'inclinaison du buvant par rapport au goûteur, le verre va déposer le vin sur différentes parties de la langue et ainsi influencer la dégustation. Suivant le vin et ses arômes, il est alors recommandé différentes inclinaisons.

Il est communément admis que la langue perçoit le sucré sur le bout et l'acidité sur le fond. Ensuite, c'est sur les côtés de la langue et plus particulièrement vers l'avant pour le salé et vers l'arrière pour les amertumes.

Un verre ouvert, c'est à dire évasé ou bien aux parois droites va déposer le vin sur le bout de la  cela augmentant la sensation du sucré et de l'acool. A l'inverse, un verre fermé accelère le deversement; on perçoit alors le vin sur le fond de la langue.

A noter sur ce point, que l'inclinaison du goûteur est à prendre en compte.

<< Retour vers le Guide du verre à vin